Captation de signaux faibles et des signaux forts négligés

Objectif : Introduction du concept, utilisation des signaux du changement.

Mots clé : Management du changement, stratégie, signaux faibles, innovation, management de projet, complexité, KM.

Contexte

Le hasard, l’incertitude et la complexité sont considérés comme des freins à la réussite d’un projet, d’une entreprise. Alors qu’ils peuvent être de vrai opportunité et une réelle richesse. Ce changement de posture touche l’individu, l’équipe comme la stratégie de l’entreprise.

Il faut manager par le changement et non manager le changement que se soit dans l’entreprise, dans les projets où dans l’innovation. C’est un changement de paradigme. Ceci n’est possible que dans un esprit de veilleur : c’est-à-dire dans un esprit d’agilité, de réflexe de captation d’information et de réactivité à un environnement donné. Il est nécessaire d’avoir une véritable sensibilité situationnelle. Ceci développe une sensibilité aux signaux faibles, information fragmentaire de l’environnement. Paradoxalement certain signaux fort déclenche des réactions de « surdité » devant des « bruits » gênants.

Or, « c’est souvent dans les signaux faibles d’aujourd’hui que se cache les changements de demain ». Il faut changer notre sensibilité et comprendre notre harmonie qui nous entoure.[1]

Observation

Manager par le changement et favoriser son développement sont l’affaire de tous. Le changement comme l’innovation sont des moteurs de grande valeur ajouté et de désir. Manager par le changement et non le changement est une innovation. En effet, l’innovation n’est pas obligatoirement technologique. Il peut être une innovation d’usage, une innovation sociétal ou une innovation managérial/ stratégique.

Le management de projet consiste à Savoir poser le cadre et environnement de la cible (amont projet). Définir le moyen pour y aller, (avant projet) … De définir et réaliser les étapes du projet en lui-même. Le management et le développement par le changement a aussi ces trois étapes, mais le pilotage de projet doit être agile et il existe une quatrième étapes possible : savoir rechercher d’autre application pour pouvoir vendre des licences par exemple. Cf Figure 1.

Figure 1: Management et développement par le changement : (1) Poser le cadre et environnement de la cible. (2) Savoir définir le moyen pour y aller (3) Réaliser les étapes projet (4) Savoir rechercher d’autre applications.

Capter les signaux du changement facilite la connaissance de l’environnement (1), décrire la voie à suivre pour développer l’idée (2) et naviguer dans les difficultés du projet. Les signaux du changement sont de signaux faibles et de signaux fort négligés. Pour Manager par le changement, il faut :

Avoir une équipe aux compétences et aux origines diverses ou/et des communauté de pratique. à hybridation

Une bonne communication et réactivité devant le changement à toutes les strates de l’entreprise.

Pour passer de l’idée au marché: l’expérimentation, la captation d’information et méthode de communication.

Savoir sortir du cadre : Frontière, ligne de partage

 

Analyse et synthèse

L’hybridation, la diversité dans les équipes permet de réduire la complexité. La communauté de pratique permet de passer de l’intelligence individualiste à l’intelligence collective.

 

Quand on capte un signal de changement, la réaction doit être d’une agilité appropriée. La réactivité d’action doit être rapide. Le cloisonnement dans les grandes entreprises ralentie cette réactivité contrairement à une start-up plus réactive. Mais à contrario la start-up ne possède ni une grande diversité d’équipe ni une grande force monétaire. La réactivité peut être augmenté par l’utilisation de wiki

Une des méthodes utilisées pour passer de l’idée à l’innovation est l’expérimentation. Cette méthode permet de capter des informations permettant de parfaire le système et juger de sa pertinence. L’expérimentation peut permettre aussi de communiquer très tôt sur l’objet expérimenté et ainsi permettre une meilleure adhésion au changement. Il permet l’émergence du désir autour de ce changement.

Changer de cadre défini plusieurs postures :

  • Lâcher prise pour être plus créative
  • La synthèse créative, synthèse entre deux mondes différents pour faire naître de nouvelle idée.
  • Recherche de ligne de partage, lieux, institutions, coopération …
  • Rechercher d’autres applications dans un environnement, ou une niche différente et ainsi vendre des licences.

De ces quatre items nous pouvons tirer des stratégies du management par le changement et ainsi capter des signaux faibles de l’environnement :

1. Remonté d’information par atelier, formation, culture client

L’entreprise, comme les projets qui les constituent, ne sont pas seuls. Elles interagissent avec un monde constitué de leurs concurrents, de consultants, de chercheurs, de clients. Il est possible de capter des signaux faibles en utilisant le changement. Ce changement peut être par exemple une formation à l’intérieur d’une entreprise (PPBI), un atelier en interaction avec des potentiels clients (ex : les ateliers de la mobilité à la RATP) ou faire de la maintenance de machine vendu par des concurrents (Teleste, entreprise de machine médicale finlandaise). Dans ces trois cas, une posture intelligence économique est possible et ainsi il est possible de capter de nombreux signaux faibles qui après formalisation iront fertiliser une base de donnée.

Figure 3: Concept Paris-PBI, faire lien entre Recherche / Entreprise, formation / base de cas. Les nuages représentent les signaux faibles captés. La formation dans l’entreprise remonte des informations intéressante pour le direction et l’analyse de la base de cas met en lumière des paterns.

2. Garder la mémoire de l’entreprise, et de ses projets, des réussites et des échecslaboratoire de l’innovation.

Dans une entreprise, il est important de conserver la mémoire des projets, des actions, ainsi que les raison de ces choix stratégique. Il est nécessaire de capitaliser toute expérience bonne ou mauvaise et d’en tirer des conclusions adaptées. A l’heure du Web 2.0, cette collaboration est facilitée par des outils tel que les wiki.

Cette base de donnée est aussi une richesse si l’on veut chercher de nouvelle application à une ancienne idée. Un acteur de la gestion de la connaissance : Les courtiers de la connaissance est là pour « mettre de l’huile » dans les « rouages » de la connaissance.

La stratégie d’un « courtage de connaissance » est composée d’un système en 4 étapes[2] :

  • Collecter des bonnes idées
  • Entretenir les idées
  • Recherche de nouvelles utilisations d’une idée
  • Test des concepts prometteurs

Les bases de données ne peuvent être entretenu sans une certaine confiance et un grand partage d’information. Ceci change la gouvernance et modifie les comportements.

3. Coopération, partenariat

La collaboration entre entreprises ou/et laboratoire de recherche est possible. Des entreprises de domaines d’activité différents peuvent s’associer pour mutualiser leur recherche (ex : Le cluster CREER : 7 entreprises + des laboratoires).

Des co-production d’innovation peuvent naitre de rencontre. Les véritables besoins des clients ou des usagers sont très difficile à réellement concevoir. Parfois il faut co-concevoir une innovation (ex glasgow2020 par le think tank Demos) .

Des espaces de rencontre existe aussi pour être des carrefour de rencontre comme les carrefour de l’innovation organisé par la FING, où des porteurs de projets innovant présenter devant publique divers. Et ainsi permet des rencontre entre acteur de l’innovation, financier, chercheur…qui feront que l’idée se développera jusqu’à devenir une innovation trouvant son marché et étant rentable. Les rencontres fortuites sont porteurs de nombreux signaux faibles.

Conclusion

Il ne faut pas avoir peur du changement. Il est naturel. Si on l’utilise, il devient une force non un frein. Les signaux faibles sont des déclencheurs de changement. Il faut adopter une posture utilisant le changement pour s’adapter à l’environnement.

Dans chacun des cas, l’individu s’enrichit en compétence et en connaissance. Il est important que des qualités, de coopération, d’inventivité, de force de proposition doivent être reconnue par l’entreprise au niveau du DRH. Ceci doit faire partie de la culture du changement de l’entreprise.


[1] Le manager agile, Jérôme Barrand

[2] Créer un laboratoire d’innovation, Andrew Hargadon et Robert J. Sutton, Harvard Business Review.

A propos Christelle Fritz

Catalyseur d'innovation, facilitateur projet. Prototypage, usage numérique, web2 d'entreprise, Illustration de blog, Conduite du changement
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Captation de signaux faibles et des signaux forts négligés

  1. Ping : Retour sur une conférence le Cloud Computing et la Collaboration du 25 janvier | Carnet de réflexion de fritz_c, catalyseur d'innovation

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s