After-work aa-esiee Museomix

J’ai eu le plaisir de reparler de l’expérience d’intelligence collective Museomix dans un after-work organisé par aa-Esiee. J’ai présenté le projet, la méthode et mon rôle de facilitateur projet. Nous étions 4 anciens étudiants de l’Esiee: 3 ingénieurs et une mastere spécialisé (moi).

Présentation rapide du projet

Museomix, c’est 3 jours pour « remixer » le musée en utilisant intelligence collective. Des équipes ont proposé de nouvelles expériences de médiation dans le musée, sous formes de narrations et de prototypes testées avec les visiteurs-utilisateurs. Nous étions une centaine « museomixeurs » au musée des arts déco le week-end du 11, 12 et 13 novembre. Les museomixeurs était composés de 70 participants, de facilitateurs projet/coachs, de professionnel des musées, d’organisateurs passionnés.

Les participants sont à égalités des :

  • codeurs/bricoleurs
  • médiateurs
  • blogeurs/professionnels du web
  • designeurs/artistes

Les participants avaient à leur disposition :

  • des technologiques TIC (tablette numérique, canon à son, projecteurs…)
  • des outils de bricolage (imprimante 3D, traceuse, fer à souder…)
  • 12 salles du musée art et déco
  • des outils de créativité (légos, crayon couleurs, feuilles A3…)

la 1er demi journée est une phase d’introduction: présentation des participants, des technologies de présence ainsi que les salles du musée à disposition. A la fin de cette matinée, des équipes se forment avec au moins un codeurs/bricoleur, un médiateurs, un blogueur, un artiste + 2 autres participants. Les équipes sont composées au minimum de 6 participants. 11 idées sur 22 sont devenues pendant ce we une réel expérimentation testée le dimanche après-midi sur des visiteurs du musée et des invités.

Projets développés:

Méthode agile Museomix

Ingrédients de réussite:

Les ingrédients de réussite de Museomix sont la passion, l’agilité, le recrutement des participants et le challenge.

La passion a été provoquée par une pré-animation très efficace. Deux mois avant, un site et un tumblr a été construit ainsi qu’un espace facebook pour expliquer le projet et recruter des participants et entretenir l’envie. Les participants sont des volontaires. 140 personnes postulent 70 sont retenus.

Museomix utilise une méthode agile où le prototypage, l’essaie/erreur et la rapidité est la règle. Des facilitateurs projet /coach étaient présent pour accompagner les participants dans cette méthode.

Le recrutement des participants était une phase difficile mais très importante. Chacun des postulants ont expliqué leurs rêves pour ce projet et leurs compétences. L’organisation a pu ainsi recruter des profils différent de professionnel, d’amateurs éclairés et de créatifs. Ce recrutement permet d’être réellement dans le faire…

Le challenge collaboratif permet de créer des prototypes en temps très court avec plusieurs étapes structurante.

Méthodes:

La méthode de co-construction en 3 grandes étapes: le rêve, le concept et le prototypage.

La phase de « rêve » est une phase de création d’équipe autour d’une idée. Elle commence par la découverte des acteurs du projet museomix, des acteurs non-humain (technologie en présence, salles du musée disponible). Après cette séance longue, des idées et des envies germent. Ses idées sont exprimés via un pitch en forum ouvert.
Les règles sont simple:

  1. Exprimer son idée en 1 minute pour fédérer une équipe autour d’un rêve
  2. Un équipe = 6 participants minimum et composée des 4 compétences
  3. Quand une équipe est crée, elle peut préempter une salle du musée.

Cette phase est assez « bordélique » mais nécessaire. 11 équipes sont formés à la fin de cette phase. Les équipes ainsi formées testent l’idée/rêve ensemble et l’a font évoluer ensemble. Les équipes réfléchissent à leurs besoins technique.

Cette phase se fini par une vidéo explicatif de chaque concept. Pour revivre ou vivre par procuration cette phase n’hésitez pas à visiter la « time line » de vendredi.

Au 2eme jour, samedi, commence la phase de construction du concept. Les équipes sont confrontés à la réalité. Il existe toujours un décalage entre une idée et les forces techniques et humaines en présence. Toute les technologies ne sont pas disponible. Par exemple, le canon à son a été demandé par au moins deux équipe. Des choix ont dû être fait. Les idées de départ sont obligés de muter pour tenir compte de la réalité et de la composition des salles. Les équipes ont appris à négocier avec les conservateurs du musée. Dans cette phase bouillonnante de nombreux scénarii sont testés par schéma, ou via une construction légo.

Cette phase se fini par une vidéo explicatif du prototype. Ces vidéos sont visionnées en salle plénière. Il est demandé à chaque fois où en sont les équipes, s’ils sont prêts, s’ils ont besoin d’aide. La majorité n’était pas encore prête mais n’avait pas spécialement besoin d’aide. Pour revivre ou vivre par procuration cette phase n’hésitez pas à visiter la « time line » du samedi.

Le 3eme jour est le jour le plus stressant de prototypage et de mise en place. Cela découpe, soude, tests. Des plans A – B -C sont prévus en cas de bugs. C’est un moment intense de sprint. Des affiches sont crées, des panneaux sont mises en place.

Les museomixeurs doivent mettre en place leurs prototypes avant 14h pour une premier visite « crash test » des organisateurs à 14h. Les vrais visites d’invités ne commence qu’à 16h mais les visiteurs classique du musée sont déjà là.

Pour revivre ou vivre par procuration cette phase n’hésitez pas à visiter la « time line » du dernier jour.

Le projet a été de bout en bout soutenu par une organisation top, quelques facilitateurs projet/coach et des journalistes web de Knowtex. La communication web a été intense avant, pendant et après l’évènement. Pendant l’évènement, une synthèse des tweets, vidéos, photos/dessins a été fait chaque jour avec brio. Cet évènement a été très suivi via les réseaux sociaux. Ceci a contribué à faire de museomix un moment magique.

Le rôle de facilitateur projet

J’ai participé à l’expérience Museomix en tant que facilitateur projet. J’avais l’expérience de la co-construction et du prototypage en temps court. J’ai pu partagé mes méthodes et mon expérience. Ce genre de talent est nécessaire dans une expérience d’innovation ouverte. En effet, l’expérience Museomix est une grande opportunité pour innover. Il y avait beaucoup d’enthousiasme, des participants volontaires, une bonne hybridation d’équipe et une pression du temps. Mais ce genre de projet a aussi des risques. En effet, les participants n’ont pas tous l’expérience du travail collaboratif et de travailler avec des profils très différents. Ceci peut provoquer des sentiments de peur et de doute.

Le travail d’un facilitateur est :

  • de donner un cadre
  • de rassurer
  • de partager des méthodes si besoin est
  • de voir/jauger les risques de chaque projet
  • de challenger les équipes

Les compétences humaine nécessaire dans cette posture est beaucoup d’écoute, d’ouverture mais aussi de la curiosité et de la bienveillance. C’est pour beaucoup du management de l’incertitude.

Focus sur un des prototypes

3 jeunes ingénieurs de l’Esiee ont participé à l’équipe « les Lièvres bio-art »:

    • Arnaud Angelo (ESIEE 2011)
    • Caroline Besnard (ESIEE 2011)
    • Nicolas Kraj (ESIEE 2010)

Ils étaient en équipe avec Franck Weber, Livia Colombani, Clément Dagada, Paul Coudamy sur le projet intime « Savez-vous garder un secret? » dans la chambre de Jeanne Lanvin.

Ce projet est un de mes préférés. Il illustre bien un prototype construit en équilibre entre la technique et la médiation. La chambre de Jeanne Lanvin est un lieu très intime un peu caché. C’est une alcôve discrète. L’animation proposée permet de la mettre réellement en valeur. Ils ont utilisé un canon à son, crée une ambiance radio et construit un capteur de mouvement. Quand un visiteur s’avance dans l’alcôve, le son de la radio s’atténue jusqu’à s’arrêter. A ce moment, le canon à son directionnel entre en action et le visiteur entend des murmures de citation de la créatrice. C’est un instant magique.

pour aller plus loin regardez la vidéo pour vivre un peu l’expérience vécu par les visiteurs. Vous y retrouverez aussi des brides de la construction de ce beau projet.

Conclusion

La 1er édition de Museomix a été un succès. Nous sommes nombreux à en parler avec les yeux qui brillent 4 mois après. Une communauté de Museomixeur s’est crée pendant ce week-end. Cette communauté se fédère via facebook pour l’instant. L’événement a crée beaucoup de désir dans d’autre musée. De nombreuse demande de conseil, de prestataire de qualité passe par la communauté ainsi qu’une veille sur les nouveaux usages musée. Une réflexion sur la création d’une réel plateforme communautaire est en réflexion. Les organisateur ont répondu pour cela à un appel d’offre du ministère de la culture. Cette réponse a été réfléchit en partie collectivement via une après-midi « Museomix une demi journée pour réfléchir à la suite ». Vous pouvez retrouver un compte-rendu sur Knowtex et quelques interviews par Gayané.

« A ce jour, 5 projets sont en recherche active de financement. L’évènement a permis de fédérer une communauté qui compte désormais plus de 400 personnes, explique Julien Dorra fier du succès de l’évènement. » => Le pouvoir des évènements.

A propos Christelle Fritz

Catalyseur d'innovation, facilitateur projet. Prototypage, usage numérique, web2 d'entreprise, Illustration de blog, Conduite du changement
Cet article, publié dans Facilitation, innovation, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s