Retour sur la Conférence Débat KM Hybride #rse #KM

J’ai assisté le 24 janvier à une conférence débat organisé par KnowledgeConsult et Knowings animée par Olivier Roberget, journaliste de Collaboratif-Info : sur le « KM Hybride – vers une convergence du KM et du RSE ! »

Le concept du KM évolue depruis une vingtaine d’année. Les outils KM des débuts étaient lourds et peu agile. Des frigos de la connaissance et des avoirs. Maintenant, le KM revient par la fenêtre grâce aux outils 2.0: réseaux sociaux d’entreprise (rse), wiki, Sharepoint, … et ce KM rend le partages de savoirs et de connaissance vivant.

Les besoins KM restent les mêmes qu’à l’origine:

  • Le partage de bonnes pratiques
  • L’identification d’expert
  • L’animation de communauté

Des rse permettant les échanges informels aux formalismes forts des processus,  favorisent le partage et réutilisation des contenus. Les outils de KM évolue vers les fonctionnalités 2.0 et vice versa. Le KM hybride est alimenté par ses deux carburants: le KM et les usages 2.0. Bien entendu, KM évoluant vers le 2.0 et les outils 2.0 évoluant vers le KM ne seront jamais exactement pareil (cf article précédent).

Les problèmes évoqués lors de la conférences sont :

  • Les problèmes d’archivage (quoi archivé, par qui…)
  • La gestion des tags (Knowledge Plaza le fait très bien, Knowings aussi)
  • Le besoins d’agilité
  • Faire appel aux expertises
20130126-181717.jpg

KM Hybride. Ma prise de note en live #sketchnoting

La suite de la conférence/débat est une présentation de la « Suite Knowings » la nouvelle génération de logiciel de KM de Knowings. Le logiciel s’est enrichie d’une couche conversationnel très intéressante. Knowings peut enfin rentrer dans les évaluations rse de Lecko présenté le 31 janvier.

20130126-181728.jpg

Description de l’esprit de l’outil KM2.0 Knowings
Prises de note en live

La conférence a été en majorité sur une logique d’outil. J’ai même entendu que le 2.0 n’est qu’une question d’outil… Ce n’est pas ma conception du 2.0. Heureusement ceci a été évoqué lors du débat avec l’assemblé. Je retiendrai l’intervention de René Rupert sur l’état d’esprit et ce qui est possible dans une entreprise. Collaborer, favoriser l’intelligence collective est une question de confiance en majorité. Ceci est bien connu dans mon monde, celui des facilitateurs . Il n’y a pas de collaboration sans confiance, de confiance sans dialogue… C’est un état d’esprit. Si la maturité de la communauté ne favorise pas le partage, il est nécessaire d’animer la communauté pour augmenter sa maturité.


Ce schéma est tiré d’un billet du blog de formapart, publié le 9 septembre 2011 par Jean-Philippe Poupard sur la dynamique d’intelligence collective en émergence

J’ai aussi retenu l’intervention de de Jean-Luc Abelin, KM de Lafarge Béton Granulat. Il a évoqué la difficulté de capté des expertises, des contenus via le déluge d’information née des rse. Dans le cas … de capter les expertises via le déclaratif mais aussi via les traces d’activités. L’expertise dans une entreprise est importante. « Un oublie de 5 mots dans une bonne pratique se paye cher ».

A propos Christelle Fritz

Catalyseur d'innovation, facilitateur projet. Prototypage, usage numérique, web2 d'entreprise, Illustration de blog, Conduite du changement
Cet article, publié dans En dessin, organisation2.0, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.